San Vincent Ferrier

Le galérien de Dieu

Je suis un galérien de l’apostolat,
un galérien de Dieu,
mais cette galère m’est douce
et je Vous en remercie, ô mon Seigneur ! 

Dans la conscience que j’ai
d’être inférieur à ma tâche,
je Vous bénis de m’avoir donné
cette consolation ineffable
de ressembler à Votre Christ Jésus,
d’avoir à imiter

Sa propre vie enseignante et pérégrinante.

Malgré l’affection de cette foule
qui se presse derrière et autour de moi,
je suis seul, je suis solitaire,
car je considère les distances qui séparent les peuples,
je vois la terre à rechristianiser,
et c’est pour cette tâche que Vous m’avez arraché
à ma patrie et à mes frères.

Je suis un pauvre vieux, brisé,
qui n’en peut plus, qui ne sait rien,
ou plutôt qui ne sait que son ignorance et sa lâcheté…

Donnez-moi la grâce,
ô mon Seigneur, ô mon Dieu,
de me rendre compte chaque jour davantage
que je ne suis rien et que Vous êtes tout.  

Saint Vincent Ferrier

(Prière reconstituée en 1954 par Thomas LACROIX, archiviste en chef départemental du Morbihan. Texte recueilli dans les dernières années de saint Vincent Ferrier)  


los cantos y oraciones